Quelques extraits
 

Numéros disponibles : 645 : Juil.-Août 07, 644 : Mai-Juin 07, 643 : Mar.-Avr. 07, 642 : Jan.-Fév. 07, 641 : Nov.-Déc. 06, 640 : Sep.-Oct. 06, 639 : Juil.-Août 06, 638 : Mai-Juin 06, 637 : Mars-Avr. 06, 636 : Jan.Fév. 06, 635 : Nov.Déc. 05, 634 : Oct. 05, 633 : Sept. 05, 632 : Juillet-Août 05, 630 : Mai 05, 629 : Avril 05, 628 : Mars 05, 626 : Jan. 05, 625 : Déc. 04, 624 : Nov. 04, 623 : Oct. 04, 622 : Sept. 04, 621 : Juin, Juil., Août 04, 620 : Mai 04, 619 : Avr.04, 618 : Fév.-Mars 04, 617 : Jan.04, 616 : Déc. 03, 615 : Nov. 03, 614 : Oct. 03, 613 : Sept. 03, 612 : Juil.-Août 03, 611 : Juin 03, 610 : Avril-Mai 03, 609 : Mars 03, 608 : Fév.03, 607 : Jan.03,


N°645 Juillet-Août 2007


NOTRE MISSION ?
Extrait d'une conférence de Mgr. Jacques Gaillot, à Lisbonne, le 5 mai 2007, à la Rencontre du Réseau européen "Eglises et Libertés" :
"Juste avant de venir chez vous, au Portugal, j’allais partir de Paris, et il y a un jeune Africain qui vient me voir et qui me dit : «J’aimerais bien parler un peu avec vous ». Et je lui dis «Oui, mais je vais partir, je prends l’avion ». Il me répond: « Ça sera bref». Et alors il me dit: « Voilà, je viens d’être nommé évêque ». Et tout jeune. En Afrique, au Congo. « Et j’aimerais avoir un conseil de vous, avant d’être ordonné évêque ». Alors je lui dis, sans hésiter: «Eh bien, comme évêque, il faut que tu luttes contre l’injustice. Toujours. D’où qu’elle vienne. Et si tu luttes contre l’injustice, ta lumière jaillira comme l’aurore. C’est le prophète Isaïe qui dit ça, ce n’est pas moi. Oui, celui qui lutte contre l’injustice, sa lumière jaillira comme l’aurore ». Alors, il m’a dit : « Oui, d’accord, ça va bien comme ça ». Et il est parti.

Je ne le verrai sans doute jamais, mais enfin, s’il lutte contre l’injustice au Congo, alors ça, c’est formidable. Je n’ai pas pensé de lui dire : « Il faut que tu pries ». Non. La justice. Ce n’est pas la pratique religieuse qui est première dans l’évangile. C’est la pratique de la justice et de l’amour. Et ça, personne n’en est dispensé. C’est la pratique fondamentale. On ne me demandera pas à la fin de ma vie combien j’ai célébré de mariages ou de messes, on me dira : « Qu’est-ce que tu as fait pour l’étranger, qu’est-ce que tu as fait pour celui qui avait faim? ». C’est ça qu’on va me demander. On ne me va pas demander si on était croyant ou pas, si on faisait référence à Dieu ou pas, c’est le lien avec l’étranger, avec celui qui a faim. Et c’est ça, le langage de la Pentecôte que tout le monde comprend. Quand on va à la prison, quand on va visiter des malades, quand on donne à manger à ceux qui ont faim, tout le monde comprend ce langage. Quelles que soient les cultures et quelles que soient les langues, parce que c’est un langage des actes."

DEPARTS ET RETOURS
Retours
01/07/2007      Simonart André (Burkina)
02/07/2007      Léonard Marc (Tanzanie)
05/07/2007      Broekx Jaak (Tanzanie)
08/07/2007      Theuwis Fons (Tunisie)
21/07/2007      Moyersoen Thierry (RDC-Mahagi)
28/07/2007      Bouwen Frans (Jérusalem)
07/08/2007      Putzeys Luc (Burundi)
21/08/2007      Bladt Eric (Tunesie)
23/08/2007      Eeckhout George (Uganda)
23/08/2007      Mertens Fernand (RDC Bunia)
Départs
Départ - Vertrek
11/07/2007      Geers Paul (Tunisie)
22/07/2007      Bertholet André (Canada)
25/07/2007      Paredis André (RDC-Mahagi)
27/07/2007      Jacques Georges (Rome)
04/08/2007      Renis Jan (RDC-Bukavu)
05/08/2007      Pauwels Yves (Mali)
05/08/2007      Dr. Timmermans Vincent (Burundi)
06/08/2007      Bondue Jean-Pierre (Mali)
08/08/2007      Malherbe Gérard (RDC-Bunia)
11/08/2007      d'Huart Michel (RDC-Goma)
14/08/2007      Lenssen Jan (Kenya)
19/08/2007      Simonart André (Burkina)
25/08/2007      Cornelissen Herman (Polen)
20/08/2007      Bastijns Herman (Rome)
27/08/2007      Moyersoen Thierry (RDC-Mahagi)
28/08/2007      Theuwis Fons (Tunisie)
28/08/2007      Bouwen Frans (Jérusalem)
Numéros disponibles

N°644 Mai-Juin 2007


Le mot du Provincial
Quelle est notre tâche aujourd’hui ?
Si notre confrère Guy Mosmans était encore en vie, il serait le deuxième en âge de la province, après Jean Berteaux qui le dépasse de six ans. Pourquoi parler du Père Mosmans ? (En ce temps-là, c’était « le Père » ; bien peu connaissaient son prénom). Non pas parce qu’il a été provincial, - il a tenu le coup durant huit ans et n’avait que 42 ans quand il fut nommé en 1952 – mais si je pense à lui, c’est que j’ai retrouvé son nom dans l’ « Album de Souvenirs » de Gérard Malherbe. J’étais intrigué par ce que j’y lisais : « En Belgique, le P. Mosmans va acquérir un rayonnement dépassant de très loin sa fonction de Provincial. Il écrit des articles pour défendre ses idées novatrices. Pour lui, l’Eglise doit s’engager dans le processus de décolonisation, qu’il faudrait opérer sans tarder, tout en continuant d’aider les ‘colonisés’ mais d’égal à égal… » (p.84)
Cela me fit penser à notre tâche comme missionnaires d’Afrique dans notre province. Quelles sont les idées novatrices que nous tentons de promouvoir actuellement ? Qui d’entre nous peut discerner les signes des temps et offrir un apport pour inspirer les gens de notre ‘chère Belgique’ et ceux au-delà de nos frontières. Qu’apportons-nous comme solution à tant de problèmes concernant la société multiculturelle et le dialogue interreligieux ? Devons-nous aller sur la ligne de front pour donner à notre Eglise un visage plus humain ? Pouvons-nous mieux nous engager pour les pauvres et les migrants ? Devons-nous à nouveau inviter des jeunes Européens à rejoindre nos rangs et à devenir des missionnaires d’aujourd’hui ? Par toutes ces questions je ne fais qu’évoquer quelques possibilités d’engagement dans notre monde tel qu’il est aujourd’hui. Ou sont-elles déjà dépassées ?
Le prophète Michée posait des questions similaires, en tant que Juif pieux voulant savoir ce que Dieu désirait de lui : Avec quoi dois-je paraître devant le Seigneur ? Comment lui rendre honneur ? Dois-je offrir des sacrifices, lui sacrifier mes meilleurs veaux ? Le Seigneur se contentera-t-il de mille béliers ou d’un fleuve d'huile d’olive ? Pour expier mon infidélité, dois-je donner mon fils aîné, sacrifier mon propre enfant pour expier mon péché ? Nous connaissons la réponse du Seigneur : Pratiquer le droit, aimer avec tendresse et cheminer humblement avec son Dieu.

Dans cet esprit, dans notre province, on a toutefois fait quelques pas au niveau des témoignages et d’idées nouvelles.
  • Nous restons attentifs aux priorités de notre Société. Le Groupe Rencontre nous ouvre à l’œcuménisme et au dialogue religieux. Jef a commencé à éditer ses « Lignes de fracture » pour nous mettre en contact avec des personnes pour qui Justice et Paix ne se limitent pas à de belles idées.
  • Une ouverture aux nouvelles tendances théologiques (avec les pages jaunes) a fait quelques remous, mais cela nous a peut-être rapproché des gens qui ont de sérieux problèmes de foi.
  • Oser dire la vérité, comme Serge dans son livre récent: "Rwanda: le procès du FPR".
  • Il y a aussi le Projet Amani : une présence auprès des nombreux migrants africains francophones à Bruxelles ; une aide dans les problèmes d’inculturation auxquels ils sont confrontés. Au niveau pastoral il y a de nombreuses voix qui plaident pour une paroisse africaine, comme cela existe pour d’autres nationalités. Les confrères d’Amani s’y sont opposés. Ils sont convaincus que la communauté africaine à Bruxelles sera mieux intégrée si ses membres s’insèrent dans la paroisse où ils résident. Nos Belges un peu froids pourront alors se laisser entraîner par la vitalité, l’enthousiasme et la spontanéité de la foi africaine. Une mentalité de ghetto, qui les fixe dans leur propre communauté, induira les migrants à rester toujours des étrangers.
Si nous regardons au-delà de nos frontières PB, nous verrons qu’il n’est pas tellement évident pour les instituts et congrégations missionnaires de trouver une tâche adaptée. Ils prennent tous de l’âge. A la dernière réunion statutaire du CIM (Comité des Instituts Missionnaires), les conférenciers n’ont parlé que de soins de malades et de religieux âgés. Rien sur la Missio ad extra ! En effet, tous les conseils provinciaux traitent surtout des problèmes internes de communautés vieillissantes. Il n’y a pas de temps, d’énergie, de nécessité ( ?) d’avoir une vision sur les problèmes de la mission universelle. Ils sont complètement absorbés par les soucis internes : trouver du personnel pour l’animation des communautés, convaincre certains confrères à ne plus conduire une voiture, la fermeture de maisons, l’hospitalisation des malades, la communication, etc.
Durant la campagne électorale, j’ai constaté que bien des questions d’économie domestique étaient également à l’ordre du jour : les pensions et impôts, la perte d’emplois sans les grandes firmes industrielles, une nouvelle politique carcérale, etc. Une nouvelle approche des problèmes politiques, sociaux et économiques reste plutôt du domaine des promesses : le milieu, la coopération au développement, la politique étrangère notamment envers le Congo, la mondialisation avec tous ses défis pour notre société.
Michée avait bien écouté le Seigneur. Ecoutons nous aussi… Alors nous pratiquerons mieux le droit au lieu de trop nous préoccuper de nos petits problèmes. Peut-être découvrirons-nous aussi de nouvelles voies pour aimer avec tendresse là où nous vivons, et trouverons-nous plus de temps et de goût pour cheminer humblement avec notre Dieu dans la prière.
Luc


PUBLICATIONS DE CONFRERES

Serge Desouter, "RWANDA : LE PROCÈS DU FPR. Mise au point historique",
L'Harmattan, 2007, 336 pages.
L'interprétation des événements tragiques concernant le Rwanda a été jusqu’ici l’apanage du régime FPR/APR en place à Kigali avec l’appui inconditionnel de Washington et de Londres, entre autres puissances internationales. Or, il est avéré que le génocide des Tutsi en 1994 a fait suite aux massacres de masse de villageois hutu perpétrés par l’APR dès son, agression du territoire rwandais en 1990. L’avion présidentiel abattu le 6 avril 1994 a déclenché ensuite la réaction que l’on sait. La traque au Zaïre des réfugiés hutu par l’APR en 1996-97 a toutes les caractéristiques d’un génocide, visant cette fois les Hutu.
Depuis lors, la dictature militaire du parti-Etat FPR exerce toute sa rigueur sur le pays et son influence pernicieuse jusque dans l’enceinte du Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) chargé de connaître et juger les crimes contre l’humanité mais exclusivement ceux commis par l’une des deux parties en conflit. Pourquoi pas l’autre? Pourquoi le FPR/APR ne devrait-il pas lui aussi être comptable du crime de génocide?
Cette étude tente de rétablir la chronologie et la vérité des faits. Elle fait l’historique des tensions et des querelles de pouvoir entre Hutu et Tutsi depuis le passé précolonial, sous le Protectorat allemand, la tutelle belge, après l’indépendance et jusqu’à 1990. Le rôle controversé de l’Eglise Catholique au Rwanda y est «revisité», de même que l’ère Habyarimana. La stratégie de prédominance du FPR/APR est éclairée tant sur le plan militaire que sur le plan politique.
L’argumentation s’appuie sur des dizaines d’archives connues ou non constituant la moitié du livre. Le procès du FPR/APR à travers ses dirigeants les plus visibles peut donc s’ouvrir...

Cet homme est-il dangereux ?
Après Jacques Dupuis, s.j., Michael Fitzgerald, mafr., un troisième homme est tombé en disgrâce : Claude Geffré, dominicain, théologien du pluralisme religieux.
Rome vient de s’opposer à la remise d’un doctorat honoris causa pour l’ensemble de son œuvre par la faculté de théologie catholique de Kinshasa.
Ancien directeur de l’ Ecole biblique de Jérusalem, il est auteur de nombreux ouvrages consacrées à l’élaboration d’une théologie du pluralisme religieux. Une thèse que Benoît XVI ne semble pas partager. Et pourtant ce n’est pas un révolutionnaire dans la théologie !
« J’aimerais connaître la lettre que la Congrégation pour la doctrine de la foi a adressée à la Congrégation pour l’éducation catholique, dans laquelle doivent figurer les raisons de ce refus. » ( Geffré )
Nous signalons : « Profession théologien : quelle pensée chrétienne pour le XXIième siècle ? »
Cl.Geffré. Edit. Albin Michel. 1999.
                         « Croire et interpréter » Cl.Geffré. Cerf 2001.

Et je recommande son dernier livre sorti :
                         « De Babel à Pentecôte » Cl.Geffré.Cerf 2006. 360 p. 39 €.

Ainsi que l’article dans l’hebdomadaire LA VIE, du 31 mai 2007. p.66 à 69.

Guido Verbist,mafr,
du GROUPE RENCONTRE.
Namur, le 1er juin 2007.

DEPARTS ET RETOURS
Retours
01/05/2007       Campforts Staf
04/05/2007       Mertens Hugo (benoemd in België)
06/05/2007       Defour Georges (nommé en Belgique)
06/05/2007       d'Huart Michel
06/05/2007       Leys Jozef
07/05/2007       Dr. Timmermans Vincent (santé)
07/05/2007       Van Vlierden Mathieu
17/05/2007       Bertholet André
18/05/2007       Pauwels Yves
25/05/2007       Vernack Gaby (benoemd in België)
30/05/2007       De Belie Valentin
30/05/2007       Renis Jan
31/05/2007       Bondue Jean-Pierre
02/06/2007       Lenssen Jan
05/06/2007       Stuer Guido
05/06/2007       De Smet Paul (benoemd in België)
16/06/2007       Paredis André (santé)
16/06/2007       Malherbe Gérard
17/06/2007       Bastijns Herman
19/06/2007       Vermeire Yves (benoemd in België)
26/06/2007       De Vos Marc
Départs
13/05/2007       Waterkeyn Baudouin (RDC)
Numéros disponibles

N°643 Mars-Avril 2007


D'ICI ET D'AILLEURS                              VAN HIER EN GINDER

P. Oyaert WalterEen plaatselijk krant van Alveringem (19 januari 2007) titelt: "Drinkbaar water dankzij de Pater". Het gaat over Walter Oyaert, werkzaam in Burkina Faso.

In het verre Burkina Faso viel Pater Oyaert halfweg vorige maand een grote eer te beurt. In naam van de president van Burkina Faso ontving hij "La médaille d'honneur des collectivités locales" oftewel de eremedaille van de lokale gemeenschap voor 44 jaar onafgebroken inzet voor de arme bevolking van zijn parochie Meguet. Twee broers, Roger et André Oyaert, en twee leden van de Vriendenkring pater Oyaert, maakten de gebeurtenis live mee.

Een dertigtal mensen werden die dag vereremerkt, " maar slechts vier mensen, onder wie ook Walter, kregen de hoogste decoratie overhandigd. De plechtigheid vond plaats in Zorgho, op zowat 26 kilometer van Meguet vandaan en in aanwezigheid van tal van plaatselijke autoriteiten, zijnde de gouverneur, plaatselijke chefs en verschillende ministers. He gebeuren kreeg trouwens ook vermelding in het staatsblad van Burkina Faso. Nog nooit heb ik zo'n gejuich gehoord " vertelt broer Roger. Na de officiële plechtigheid in Zorgho keerde de pater in het gezelschap van zijn vrienden en familie terug naar zijn thuisbasis Meguet waar de plechtigheden herbegonnen. " Walter werd er letterlijk overladen met geschenken. De bevolking offreerde hem kippen, geiten en een schaap." Dat de mensen van Meguet nu zuiver en drinkbaar water hebben, hebben ze te danken aan Walter, die in zijn geboortedorp (Gijverinkhove) zo geliefd is en zo massaal gesteund wordt.


P. Frans BauwensFrans Bouwen a été interviewé à Jérusalem par Renée-Anne Gutter, correspondante de La Libre Belgique (10-11 mars 2007).
Résumé :
Aujourd'hui, vivant à Sainte-Anne sur la Via Dolorosa, il est un pilier du dialogue interreligieux au Moyen-Orient. Dialogue œcuménique entre Eglises, mais aussi “dialogue de vie" entre chrétiens, musulmans et juifs en Palestine et Israël. "Les religions doivent être un facteur de paix et non de polarisation. Sans paix entre elles, pas de paix dans le monde.”

Ses mandats au Vatican l’amènent régulièrement à Rome, Beyrouth, Le Caire, Genève : membre des Commissions pour le dialogue théologique avec les Eglises orthodoxes (orientales et de tradition byzantine), Consulteur du Conseil pontifical pour l’Unité des chrétiens, vice-président de la Commission Foi et Constitution du Conseil oecuménique des Eglises, président de la Commission Justice et Paix à Jérusalem. Et il dirige la revue “Proche-Orient Chrétien”, que les Pères Blancs de Jérusalem éditent avec l’Université Saint-Joseph à Beyrouth, "pour faire connaître les Eglises entre elles et le milieu de vie des Eglises du Moyen-Orient".

Aujourd'hui, en plus de ses propres rencontres théologiques avec les juifs, il a créé avec le Patriarcat latin une commission de chrétiens locaux qui voit régulièrement des Israéliens de tous bords.

Autre travail d'actualité : le dialogue au sein des Palestiniens pour la coexistence chrétiens-musulmans.
"Nos contacts avec les musulmans continuent, mais il est de plus en plus difficile d'avoir un impact sur la société palestinienne, car l'écoute du public a diminué. En même temps, nous découvrons parmi les musulmans une grande attention pour ce que ressentent les chrétiens. Ils savent que c'est important pour l'opinion internationale. Certains musulmans modérés tendent précisément à se rapprocher de nous à cause de la radicalisation islamique."

La fin de l'article évoque la situation en Belgique : "Un pays qui a la chance rare de vivre à cheval sur les cultures alémanique et latine, nous donnant l'opportunité unique de pénétrer dans les deux mondes et, avec un peu d'effort, nous y sentir à l'aise." Il aimerait que Flamands et francophones apprennent davantage la langue l'un de l'autre. "Cela fait partie de l'identité de la Belgique."

P. Hugo Van Den HauteEen derde confrater haalde de media : Hugo Van den Haute (Ghana) had recht op een ganse bladzijde in Tertio (31 januari 2007). Sinds een halve eeuw werkt "Father Van" in Ghana. Hij verhaalt over zijn roeping en overloopt zijn vele benoemingen en uitdagingen in dienst van de bevolking. "Vorming van verantwoordelijken was daarbij van het allergrootste belang. Doordat evangelisatie in een derdewereldland als Ghana nooit losstaat van ontwikkeling, combineerden we op het platteland eucharistievieringen met diaprojecties over nieuwe landbouwmethoden die het milieu beter beschermen."

Nu verblijft Hugo in Bolgatanga waar hij met twee medebroeders een gastenhuis runt voor missionarissen op doortocht. "We staan ook ten dienste van de plaatselijke clerus en helpen bij de opleiding en vorming van leken. Maar in de parochie dragen we geen verantwoordelijkheid meer. Die tijd is voorbij. Missionering anno 2007 betekent dienstbaarheid aan de plaatselijke kerk. Vroeger speelden we de eerste viool, nu verlenen we bijstand vanuit de coulissen.”

"Selfsupporting", "self-financing" en "self-ministering": dat zijn volgens pater Hugo de grote uitdagingen waar de Ghanese kerk voor staat. "Veel bisschoppen leveren goed werk, maar zijn te afhankelijk van buitenlandse giften. Ook de solidariteit tussen de rijkere zuidelijke provincies en het arme noorden kan beter.”

"Tot slot is er de vraag naar de verankering van het geloof. Wij, priesters en missionarissen, staren ons soms blind op de vele mensen die ‘s zondags naar de kerk komen. Maar hoe beleven die zondagse kerkgangers hun geloof in de week? Hoe gaan zij in hun dagelijkse leven met de Bijbelse boodschap om? Wat blijft et dan nog van de christelijke broederlijkheid over?”

DEPARTS ET RETOURS
Retours
22/12/2006       Theunis Guy
27/12/2006       Cornet Thierry (santé) rue de Linthout
27/12/2006       Biernaux Xavier
10/01/2007       Nyssens Albert (santé ; définitif) Evere
10/01/2007       Vonck Pol
13/01/2007       Goffinet Alex
20/01/2007       Seynaeve Jaak (définitif). Varsenare
08/02/2007       Dujardin Yves (santé ; définitif), Namur.
20/03/2007       Stuer Guido (doorreis naar PAC)
07/04/2007       Waterkeyn Baudouin, rue de Linthout
14/04/2007       Meert Gerard
19/04/2007       Oyaert Walter
Départs
08/01/2007       Theunis Guy (Rome)
10/01/2007       Moyersoen Thierry (Mahagi-RDC)
11/01/2007       De Groef Jan (South Africa)
15/01/2007       Stuer Guido (Zambia)
31/01/2007       Docq Philippe (South Africa)
01/02/2007       Bastijns Herman (Rome)
17/02/2007       Haels Gerard (Bukavu-RDC)
18/02/2007       Goffinet Alex (Lubumbashi-RDC)
22/02/2007       Bladt Eric (Tunisie)
24/02/2007       Vonck Pol (Jérusalem)
04/03/2007       Jageneau Ghislain (Lubumbashi-RDC)
24/03/2007       Biernaux Xavier (Goma-RDC)
Numéros disponibles

N°642 Janvier-Février 2007


Le mot du Provincial
ÉPARGNER SUR L’ÉNERGIE ET VIVRE LE CARÊME.
La campagne « Concédez quelque repos à la terre » a lancé au monde entier un appel pour que chacun, pendant cinq minutes le 1° février, éteigne simultanément toute lumière. A la télé, nous avons pu voir la soudaine disparition des feux étincelants de l’Atomium. Le commentateur nous la présenta comme une action symbolique, afin de nous éveiller davantage à la nécessité d’employer plus sobrement l’énergie disponible. Il y eut d’abord un hiver qui a tardé à venir. Ensuite le film de Al Gore sur le réchauffement de la terre. Finalement, ce fait fut officiellement reconnu à la Conférence de Paris sur le changement climatique.

Tout cela ne nous rappelle-t-il pas que nous sommes personnellement concernés ? La plupart d’entre nous sont obligés d’épargner leur propre énergie, ne fût-ce qu’à cause du poids des ans. Nous montons plus lentement les escaliers et nous prenons donc plutôt l’ascenseur. Ce en quoi nous nous retrouvons devant un paradoxe. Comment pouvons-nous allier les exigences contradictoires de moindre énergie ? En, effet, nous avons plutôt froid et on nous demande de réduire le chauffage central. Il nous faut une lumière forte pour lire, et voilà que… Non, c’est invivable !

Trêve de soucis ! A Davos, où chaque année s’organise la conférence des sept pays les plus riches du monde, plus la Russie, (World Economic Forum), on a proposé une solution. Oubliez l’ancien cliché d’épargne d’énergie, forme d’abstinence et de détachement, comme employer le vélo au lieu de la voiture, éteindre les lampes inutiles, fermer un peu le thermostat, réduire le nombre de douches… Tout cela : peine perdue ! N’y aviez-vous pas songé ? L’épargne dit efficience, affirment-ils à Davos. Vous pouvez tranquillement continuer à jouir de votre confort, à condition que, de manière réfléchie, vous consommiez moins d’énergie. Suivent sept propositions pour investir un capital en moyens économes d’énergie. Ceux-ci, à court terme, pourraient générer intérêts accrus et même plus de confort. Je vous en épargne la liste, mais il est question de mieux isoler, de lampes plus économiques, d’une conduite « verte » de la voiture, etc.
Je songeais aux « enfants de ce monde plus astucieux que les enfants de lumière ». Pour changer une manière de faire, pour rallier les gens à une cause, ils lancent des arguments bienvenus à tous ceux qui désirent confort, plaisir et gains financiers. Plus question de dépouillement et d’abstinence… qui ne rapportent rien !
Et pourtant ! Le carême vient de commencer, une période de solidarité accrue avec les moins bien lotis, un temps où consciemment nous vivons plus sobrement pour donner plus largement, un temps de retournement pour nous tourner vers les autres. Osons-nous croire encore que dépouillement et abstinence nous libèrent vers plus d’amour ? Ou sommes-nous autorisés, c’est la recette de Davos, à bannir de notre existence toute abstinence et être ainsi plus heureux et plus jouisseurs de la vie ? Existerait-il un lien entre culture de jouissance et autosuffisance individualiste de notre culture occidentale ?
Jésus nous a donné des motifs tout autres que la recherche de jouissance pour changer notre manière de faire et nous inviter à la conversion. Dans le Royaume de Dieu valent des lois « qui dérogent de celles qui régissent le monde. En économie et finances, en planning et prévisions humaines, l’efficience, la rationalité, la productivité et le sobre emploi des moyens sont condition de tout succès. Là, pas de place à la gratuité, à l’abondance et au don généreux ». Jésus nous raconte la parabole du semeur, où une partie de la semence ne croît pas et ne produit pas d’épis mûrs. Au Royaume de son Père ne règne pas toujours « la loi économique de la proportionnalité entre l’investissement et le gain » (Évêques belges, « Lettre d’encouragement aux prêtres », janvier 2007).
Néanmoins, Jésus nous presse d’employer tous nos talents et de ne pas les enfouir sous terre. Aussi ne pouvons-nous bannir toute efficience. Elle aussi est une valeur évangélique.
Le monde économique et le monde religieux ne sont pas des mondes opposés. Le temps du carême peut devenir un temps où nous laissons se réconcilier ces deux valeurs. L’efficience rationnelle en tout ne laisse pas la place large à l’amour gratuit. Et l’amour gratuit en tout n’est pas loin de la naïveté. Mais les deux allient dépouillement et abstinence.

« Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas il ne peut porter du fruit. »
Luc


TEMPS POUR NOS POETES

Je n'ai de cesse
J'ai un brasier qui flambe en moi
J'ai un brasier qui flambe en moi
et n'aurai de cesse que de le partager
Un foyer lumineux comme le buisson ardent
C'est cela être missionnaire.
 
J'ai une joie qui éclate en moi
et je n'ai de cesse que de la partager
C'est ça l'amour.
 
J'ai un amour qui me consume le cœur
et je n'ai de cesse
que de le voir embraser mon entourage.
 
J'ai une eau vive qui jaillit au plus profond de moi
et je n'ai de cesse que d'en abreuver les assoiffés.
 
J'ai une lumière qui brille en moi
et je n'ai de cesse
que d'en illuminer ceux qui sont plongés dans l'ombre.
 
Tu es un Dieu qui m'embrase de son amour
Puissé-je me consumer
jusqu'à me perdre en toi Seigneur.
Henri Farcy : Quand on devient vieux on devient mystique
Numéros disponibles

N°641 Novembre-Décembre 2006


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  28/10/2006
14/11/2006
07/12/2006
07/12/2006
10/12/2006
17/12/2006
23/12/2006
30/12/2007
Jageneau Ghislain
Simonart André
De Groef Jan
Bladt Eric
Konings Herman
Docq Philippe
Bastijns Herman
De Weerdt Maurice
Départs       
  12/10/2006
04/11/2006
04/11/2006
04/11/2006
07/11/2006
09/11/2006
11/12/2006
12/12/2006
13/12/2006
Van den Haute Hugo
Knoops Jan
Mottoul Jean
Renis Jan
Minnaert Stefaan
Malherbe Gérard
Schoofs Willy
Simonart André
Weemaes Guy
(Ghana)
(RDC – Bukavu)
(RDC – Bukavu)
(RDC – Bukavu)
(MG – Rome)
(RDC – Bunia)
(Kenya – Nairobi)
(Burkina Faso – Bobo Dioulasso)
(Burkina Faso - Ouagadougou)
Numéros disponibles

N°640 Septembre-Octobre 2006



NOUVELLES D'AFRIQUE   -    NIEUWS UIT AFRIKA


Frans VerresenVerresen Frans (République Démocratique du Congo)

     De leiddraad van zijn missionarisleven: de catechese. In Vogelzang, deze zomer, vertelde hij ons de geschiedenis van de vorming der catechisten, zoals hij die gekend en beleefd had in het bisdom Kasongo. Aangekomen in het aartsbisdom Lubumbashi, zette Frans diezelfde opdracht verder.
     Het grote probleem dat zich heden ten dage stelt is dat van de jeugd: in zijn eigen parochie, Sint-Martinus, worden jaarlijks rond de 130 jongeren gedoopt, maar daarna verdwijnen zij in de sekten. Vandaar de noodzaak de systematische voortgezette vorming van de christenen te herbekijken. Er zijn weliswaar verschillende katholieke actiebewegingen (de charismatische beweging, Ujaama, het Marialegioen…), maar ook daar ontbreekt het aan geloofsvorming.

Wally NevenWaly Neven (Burundi)

     Au Chant d'Oiseau, Waly nous avait brossé la situation des Missionnaires d'Afrique au Burundi, en trois tableaux.
     D'abord l'animation vocationnelle, à partir du Centre Lavigerie à Gitega. Ce centre est maintenant devenu une vraie propédeutique, prêt à accueillir également des aspirants venus du Rwanda voisin. Il y a actuellement une vingtaine de jeunes en formation.
     Deuxième tableau: "Nouvelle Espérance", projet en faveur des malades du sida, lancé par notre confrère allemand Ludwig Peschen (médecin) avec une femme burundaise séropositive, Claudine. Sous la direction de Benno Baumeister (allemand) et ensuite Armand Galay (Philippin), le centre prit de l'ampleur. Avec les médicaments anti-rétroviraux, le suivi devient de plus en plus exigeant. Il y actuellement 1300 d'inscrits. 4 médecins y travaillent, dont notre associé belge, Vincent Timmermans.
     Troisième tableau: action auprès des Batwa. C'est le domaine de notre confrère ugandais, Elias Mwebembezi. Au programme: l'amélioration de l'habitat, condition nécessaire pour accéder à l'enseignement.

Idée à creuser : nous pourrions envisager de mettre sur le website de la Province (www.lavigerie.org) une série de courtes présentations de ce genre, des confrères belges oeuvrant à l'étranger (et même en Belgique, pourquoi pas?). Vous y trouvez déjà plusieurs jeunes confrères, Africains pour la plupart. Nous mettrions bien volontiers un peu d'"aînés" (forcément!) de notre propre pays. Notre website n'ayant pas de journaliste à sa disposition, nous comptons évidemment sur chacun de vous… Il faudrait aussi des photos pour illustrer et donner de la couleur.


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  18/08/06
19/08/06
02/09/06
09/09/06
20/09/06
27/09/06
29/09/06
01/10/06
07/10/06
07/10/06
28/10/06
Guy Theunis
Luc Putzeys
Eric Bladt
Bob Gaul
Thierry Moyersoen
Jean Mottoul
Jan Renis
Gerard Haels
Stefaan Minnaert
Guido Weemaes
Ghislain Jageneau
Rome, M.G.
Burundi
Tunisie
Rwanda
RDC-Mahagi Nioka
RDC-Bukavu
RDC-Bukavu
RDC-Bukavu
Rwanda
Burkina
RDC-Bukavu
Départs       
  19/08/06
26/08/06
29/08/06
01/09/06
02/09/06
05/09/06
05/09/06
16/09/06
20/09/06
21/09/06
23/09/06
24/09/06
24/09/06
27/09/06
27/09/06
01/10/06
01/10/06
10/10/06
 
 
15/10/06
 
20/10/06
Paul De Smet
Herman Bastijns
André Thijs
Arnould de Schaetzen
Herman Konings
Frans Bouwen
Guy Theunis
Theo Caerts
Bob Dierckx
Luc Putzeys
Jean-Paul Steenackers
Frans Verresen
Baudouin Waterkeyn
André Paredis
Lucien Van Wielendaele
Vic Missiaen
Max Boudart
Georges Defour
Hervé Lunden
René Van Gansbeke
Eric Bladt
Paul De Vinck
Seynaeve Jaak
Burundi
Rome
RDC-Bukavu
Nairobi
Rome
Jérusalem
Rome
Burkina
Mali
Burundi
RDC-Goma
RDC-Lubumbashi
RDC-Lubumbashi
RDC-Ituri
RDC-Bunia
Tanzanie
Burundi
RDC – Bukavu
Rwanda
RDC – Kalemie
Tunisie
RDC – Lubumbashi
USA

Numéros disponibles

N°639 Juillet - Août 2006



BANDfeesten – 2006 – Rencontres FAMILLE-MISSION
Varsenare zondag 3 september
Start met de eucharistie om 10.30 uur.
Genk zondag 10 september
Bret, parochiezaal, Weg naar As, 14.30 uur.
Namur samedi 16 septembre
A Champion, chez les Sœurs de la Providence. Début à 10 h.
On termine avec l’eucharistie vers 16 heures. (Invitation)
Merksem zondag 24 september
Kerk O.L.V. van Smarten, 14.30
Daarna in zaal Wilgenhof.

DEPARTS ET RETOURS
Arrivées      
  04/06/06 Knoops Jan
Seynaeve Jaak
 
  05/06/06
06/06/06
10/06/06
11/06/06
14/06/06
01/07/06
 
 
02/07/06
03/07/06
05/07/06
08/07/06
22/07/06
23/07/06
05/08/06
08/08/06
09/08/06
19/08/06
De Smet Paul
Dierckx Bob
De Vinck Paul
Deltenre Christian
Lunden Hervé
Vande Walle Remi
Verresen Frans
Waterkeyn Baudouin
Missiaen Vic
de Schaetzen Arnould
Caerts Theo
Van Wielendaele Lucien
Van den Haute Hugo
Bastijns Herman
Bouwen Frans
Stuer Guido
Defour Georges
Paredis André
 
Départs       
  29/05/2006
12/06/2006
16/06/2006
17/06/2006
24/06/2006
27/06/2006
28/06/2006
29/06/2006
29/06/2006
02/07/2006
09/07/2006
09/07/2006
08/07/2006
05/08/2006
07/08/2006
Wellens Yvo
de L'Arbre Luc
Cornet Thierry
Mortelmans Karel
Pauwels Yves
François Marc
Laurent Jean-Michel
Geers Paul
Vogels Walter
Goffinet Alex
Deneckere Jo
De Weerdt Maurice
Jacques Georges
Neven Waly
Van Boxel Jos
RDC – Aru
RDC – Kinshasa, puis Bukavu
RDC – Bunia
RDC - Kasongo
Mali
Rwanda
Tanzania
Tunisie
Canada - Ottawa
RDC - Lubumbashi
RDC - Lubumbashi
India
MG – Rome
Burundi, puis RDC – Bukavu
Uganda - Jinja
Numéros disponibles

N°638 Mai-Juin 2006


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  11/04/2006 Levie Etienne (Rwanda)
  18/04/2006 Wellens Ivo (Congo Ituri)
  22/04/2006 Goffinet Alex (Congo Lubumbashi)
  24/04/2006 Pauwels Yves (Mali)
  25/04/2006 Steeneckers Jean Paul (Congo Goma)
  27/04/2006 Cornet Thierry (Congo Ituri)
  29/04/2006 Laurent Jean Michel (Tanzanie)
  01/05/2006 Quertemont Manu (Tanzanie)
  02/05/2006 de l'Arbre Luc (Congo Kinshasa)
  05/05/2006 Neven Waly (Burundi)
  17/05/2006 Boonen Theo
Thijs André
Van Boxel Jos
Van Gansbeke René
(Congo Bukavu)
(Congo Bukavu)
(Uganda)
(Congo Kasongo)
  20/05/2006 Vogels Walter (Canada)
  23/05/2006 De Weerdt Maurice (India)
  13/06/2006 Bondue Jean Pierre (Mali)
Numéros disponibles

N°637 Mars-Avril 2006


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  15/01/06 François Marc (Rwanda)
  03/03/06 Dewallef Marc (Burkina)
  11/03/06 Schoofs Willy (Tanzania)
  18/03/06 Stuer Guido (Zambia)
Départs       
  04/03/06 Seynaeve Jaak USA
  24/03/06 Paredis André Congo-Ituri
Numéros disponibles

N°636 Janvier-Février 2006



Le mot de l’Assistant Provincial.


Nous venons de terminer la semaine de prières pour l’unité des chrétiens. Un peu partout des chrétiens se sont réunis pour prier ensemble et se mettre à l’écoute de l’Esprit car ils se rendent compte de plus en plus du scandale causé par nos divisions. Depuis qu’a été prise l’initiative de prier pour l’unité des chrétiens, les mentalités ont beaucoup évolué. Dans sa forme première, la semaine de prières consistait surtout à prier pour la conversion de ceux qui ne partagent pas entièrement notre foi. Aujourd’hui, nous prions davantage pour une conversion mutuelle, car nous nous rendons bien compte que nous avons tous à nous convertir, nous rapprocher de Dieu et vivre une vie plus évangélique.

Une plus grande humilité nous fait découvrir combien Dieu est présent dans toutes les personnes qui se tournent vers Lui en toute sincérité. L’abondance de sa grâce se répand bien au delà de ce que notre étroitesse d’esprit oserait tolérer. Avons-nous un cœur assez ouvert pour être bienveillant envers ceux qui ne partagent pas notre foi et nos manières de voir ?

Luc et moi avons eu l’occasion de visiter quelques communautés ces derniers temps. Ces visites sont toujours enrichissantes pour nous. Elles nous permettent de nous émerveiller devant les belles choses qui se vivent au sein des communautés.
Pourtant nous sommes très différents les uns des autres. Mais nous arrivons à vivre ensemble dans une même communauté. Nous avons assez d’ouverture d’esprit pour nous accepter mutuellement. Notre diversité fait aussi notre richesse. En sommes-nous suffisamment conscients ?
Jean-Marie Hougardy

LE SUCCÈS


Le succès à   2 ans c'est ......de ne pas faire dans sa culotte
Le succès à   3 ans c'est ......d'avoir des dents
Le succès à 12 ans c'est ......d'avoir des amis
Le succès à 18 ans c'est ......de pouvoir conduire
Le succès à 20 ans c'est ......de bien faire l'amour
Le succès à 35 ans c'est ......d'avoir de l'argent
Le succès à 50 ans c'est ......d'avoir de l'argent
Le succès à 60 ans c'est ......de bien faire l'amour
Le succès à 70 ans c'est ......de pouvoir conduire
Le succès à 75 ans c'est ......d'avoir des amis
Le succès à 80 ans c'est ......d'avoir des dents
Le succès à 85 ans c'est ......de ne pas faire dans sa culotte

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


DEPARTS ET RETOURS
Retour      
  15/01/2006 De Reymaeker Juliaan Congo-Bukavu
Départs       
  06/01/2006 Eeckhout Georges Uganda
  02/02/2006 Timmermans Vincent Burundi-Bujumbura
Numéros disponibles

N°635 Novembre-Décembre 2005


NOEL
ALORS LA PAIX VIENDRA



Si tu crois qu'un sourire est plus qu'une arme,
si tu crois à la puissance d'une main offerte,
si tu crois que ce qui rassemble les hommes est plus important que ce qui les divise,
si tu crois qu'être différents est une richesse et non pas un danger,
si tu sais regarder l'autre avec un brin d'amour,
si tu sais préférer l'espérance au soupçon...

Si tu estimes que c'est à toi de faire le premier pas plutôt qu'à l'autre,
si le regard d'un enfant parvient encore à désarmer ton coeur,
si tu peux te réjouir de la joie de ton voisin,
si l'injustice qui frappe les autres te révolte autant que celle que tu subis,
si pour toi l'étranger est un frère qui t'est proposé,
si tu sais accepter qu'un autre te rende service,
si tu partages ton pain et que tu saches y joindre un morceau de ton coeur,
si tu crois qu'un pardon va plus loin qu'une vengeance...

Si tu sais chanter le bonheur des autres et danser leur allégresse,
si tu peux écouter le malheureux qui te fait perdre ton temps et lui garder ton sourire,
si tu sais accepter la critique et en faire ton profit sans la renvoyer et te défendre,
si tu sais accueillir et adopter un avis différent du tien...

Si tu refuses de battre ta coulpe sur la poitrine des autres,
si pour toi l'autre est d'abord un frère,
si la colère est pour toi une faiblesse, non une preuve de force,
si tu préfères être lésé que de faire tort à quelqu'un,
si tu refuses qu'après toi ce soit le déluge,
si tu te ranges du côté du pauvre et de l'opprimé sans te prendre pour un héros,
si tu crois que l'amour est la seule force de persuasion,
si tu crois que la paix est possible...
... ALORS LA PAIX VIENDRA
Pierre Guilbert

ANTWOORD.........
Lors de la première rencontre avec notre confrère Guy Theunis à la rue de Linthout, le 15 novembre, nous avons tous signé une carte adressée au Ministre Karel De Gucht. Le 8 décembre (Quelle coïncidence ! ), le Ministre nous a répondu ceci :

Uw brief van 22 november ll. heb ik met bijzondere aandacht gelezen.

Ih houd er aan U te danken voor uw appreciatie voor de wijze waarop de medewerkers van het departement Buitenlandse Zaken en ik zelf zich hebben in gezet voor de terugkeer van pater Theunis naar België.

Met achtingsvolle groeten,

KAREL DE GUCHT


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  23/11/2005 de Jamblinne Stanislas Rwanda
Départs       
  15/11/2005 Yves Dujardin Burkina Faso
  18/11/2005 Yves Vermeire Tanzania
  20/11/2005 Jos Verdeyen Mali
  10/12/2005 Jos Leys Congo Bukavu
  18/12/2005 Christian Gillain
Christian Deltenre
Uganda
Uganda
Numéros disponibles

N°634 Octobre 2005


DEPARTS ET RETOURS
Départs       
   07/10/05 Paul Brems Uganda
  10/10/05 Walter Oyaert Burkina
  11/10/05 Jan Lenssen Rwanda
  25/10/05 Hugo Van den Haute Ghana
  27/10/05 Yves Dujardin Burkina
  29/10/05 Georges Defour Congo-Bukavu
Numéros disponibles

N°633 Septembre 2005


L'ARRESTATION DE NOTRE CONFRÈRE GUY THEUNIS

Il va sans dire que nous ne pouvions pas expédier ce numéro de Nuntiuncula sans faire quelques réflexions sur ce qui est arrivé à notre confrère Guy Theunis. Nous l'avons tout ce temps porté dans nos prières. Nous avons lu, si non pas tout, du moins beaucoup de ce qui est paru à son sujet. Quelqu'un, parmi tant d'autres, qui a suivi le déroulement des faits de tout près, c'est Philippe De Vestele. Je lui ai demandé de nous tracer un résumé des actions et pétitions menées au niveau de notre Province M.Afr ainsi que de notre pays.
Au nom de nous tous j'ai envoyé un message d'encouragement. Un premier essai par courriel au Père Blanchard n'a pas abouti, mais les services de la valise diplomatique l'ont fait parvenir.
Cher Guy,
Paix et sérénité à toi qui dois vivre quelque chose de très évangélique au milieu de ta vie 'diminuée'. La vraie liberté se montre quand elle arrive à se transformer en une fidélité qu'on n'évite pas et qu'on confirme par ses convictions qui nous transcendent. Courage et que les mêmes sentiments et paroles de Jésus soient aussi les tiennes ! Il va sans dire que tous les confrères t'accompagnent dans ce que tu vis et qu'ils prient avec toi. Je suis en train de lire le livre de Jean Lacouture sur les Jésuites et je viens de terminer le chapitre sur leur suppression... et leur résurrection. Sans commentaire ! J'espère que ce petit message t'arrivera.
En communion profonde avec toi, Luc Lefief
Guy a répondu par une longue lettre de deux pages, écrite à la main, dont voici un extrait qui peut nous encourager à notre tour :
Après la surprise de l'arrestation et la colère d'être enfermé à la brigade de Remera, au cours de la nuit au cours de laquelle je n'ai guère dormi, j'ai reçu la grâce de comprendre que je commençais une nouvelle étape de ma mission, que je découvrais un nouveau visage de ce que nous, Missionnaires d'Afrique, sommes parfois appelés à vivre. Depuis ce moment, je garde au fond du coeur une paix profonde, au point de pouvoir être ouvert et à l'écoute de tous...
A toi la parole, Philippe :

Avec consternation et surprise nous avons appris l'arrestation de notre cher confrère à Kigali. Lors des réunions annuelles de la Province de Belgique, à la fin du mois de juillet, nous étions encore ensemble au Chant d'Oiseau pour célébrer les retrouvailles avec les confrères en congé et la fête des jubilaires. Guy devait partir le lendemain pour la République Démocratique du Congo où il allait animer des sessions consacrées à la non-violence active, à Kinshasa, Lubumbashi, Kalemie, Goma et Bukavu.

Mission accomplie, il comptait regagner Rome en transitant par Kinshasa et Bruxelles. Pour des raisons techniques les vols Kalemie-Lubumbashi-Kinshasa avaient été supprimés. Ainsi Guy a dû se décider à voyager par Kigali . Sans difficulté, il avait obtenu un visa à la frontière de Gisenyi, mais 24 heures plus tard, le 6 septembre, alors qu'il était déjà dans le hall de départ de l'Aéroport International de Kanombe (Kigali), il a été arrêté par la Sûreté de l'Etat rwandaise et conduit à la Brigade de police de Remera à proximité de l'aéroport. Le dimanche 11 septembre, il a été présenté au tribunal populaire (gacaca) de la Cellule UBUMWE, Secteur RUGENGE, district de NYARUGENGE ( Kigali). Là a été décidé led transfert de son jugement au Parquet de Kigali.

Après un moment d'ahurissement et de consternation, la concertation et la réflexion ont ouvert le chemin à l'action. Comment pouvions-nous aider notre cher Guy ? Comment fallait-il réagir et que fallait-il faire ?

Dès l'annonce de la nouvelle de l'arrestation de notre confrère les media se sont mis en branle. De plusieurs côtés, les contacts ont été pris avec la Maison Provinciale pour des interviews et des demandes d'explication. Il était important de bien mesurer ses propos pour ne pas nuire à la cause de Guy. Il s'agissait de l'aider de la meilleure façon, dans le respect des lois et des personnes , en concertation avec nos responsables à Rome.

Fons Vanden Boer, en l'absence du Père Provincial, a répondu avec clarté et précision aux questions du journaliste Peter Verlinden de la VRT. Ceci à la satisfaction de tous. Jean-Marie Hougardy a envoyé au Nonce Apostolique la nouvelle de l'arrestation. Les lignes téléphoniques ne chômaient pas. Les media (tant la presse écrite que la radio et la télévision) ont assuré une large couverture médiatique de l'événement. En gros, les journalistes, de toutes tendances confondues, ont (à de rares exceptions près) soutenu la cause de Guy, en s'étonnant de son arrestation et en le présentant comme un artisan de paix, loyal et courageux.

A la revue « DIALOGUE » les journalistes se pressaient au portillon. Une conférence de presse fut organisée avec un large succès et retentissement.
Quelques confrères ont été interviewés et ont fait passer un message d'apaisement dans un climat, tel que Guy l'aurait souhaité sans aucun doute. Paulo Fedrigoni, secrétaire exécutif d'AEFJN, a pris l'heureuse initiative d'écrire une lettre aux membres de la commission des droits de l'homme du parlement européen et une autre lettre à l'ambassade du Rwanda à Bruxelles, demandant leur intervention pour libérer Guy. Ces lettres ont aussi été envoyées pour signature aux ONG auprès de l'Union Européenne et ont été, entre autres, contresignées par CIM et les Supérieurs Majeurs.
Plusieurs autres associations et personnes ont réagi positivement pour appuyer l'initiative en envoyant un message de soutien. Des déclarations à la radio et à la télé par des représentants d'ONG pluralistes et confessionnelles ont défendu la cause de Guy.

Dès la première heure le gouvernement belge, au plus haut niveau, a suivi la situation de près. Tant le Ministre des Affaires Etrangères que le Premier Ministre ont investi dans la recherche d'une solution satisfaisante pour notre confrère. Des rencontres ont eu lieu au niveau ministériel avec des représentants de la société civile. Le soutien de nombreuses associations (trop nombreuses à énumérer, au risque d'en oublier) et de personnes individuelles impressionne. « Reporters sans Frontières » et « Avocats sans Frontières » sont particulièrement actifs pour soutenir la cause de Guy. Tout se fait avec discernement et détermination.
Dans le Journal "Het laatste Nieuws" du vendredi 24 septembre, dans la rubrique "Dialoog", il y a une réplique de notre Provincial à l'article paru le 14 septembre "Witte Paters jutten Hutu's en Tutsi's tegen elkaar op".
Au Rwanda même, nos confrères visitent et soutiennent Guy quotidiennement et les services de l'Ambassade de Kigali se préoccupent de sa situation.

De nombreux confrères soutiennent par la prière les initiatives prises et aident, chacun selon ses possibilités, à rassembler les éléments nécessaires à la défense de notre confrère.

Merci à tous, confrères et amis, qui soutiennent Guy en ces moments difficiles, par la prière et les encouragements ! Tous ces efforts sont aussi un encouragement pour sa famille avec laquelle l'équipe provinciale est en contact régulier.

Nous savons que la vérité vaincra ! C'est notre foi et notre espérance. L'amour est plus fort que le rejet et l'exclusion. Chaque fois que quelqu'un est persécuté, c'est le Christ qui est recrucifié. N'oublions pas qu'Il est vivant !

Un sens nouveau à notre vie de missionnaire
Ces jours-ci je lisais un article, inspiré par les idées de Timothy Radcliffe, o.p., qui traite de « l'identité religieuse aujourd'hui ». Nous pourrions tirer parti des choses dites.
Nous, qui cherchons un sens nouveau à notre vie de missionnaire, « nous sommes comme des maréchaux-ferrants dans un monde d'automobiles », à la recherche d'un nouveau rôle.
Très souvent nous pensons qu'il nous faut redécouvrir le rôle de prophètes. Cela nous donnerait une identité, un label! Mais ce rôle prophétique n'est plus crédible pour les gens d'aujourd'hui qui nous taxeront de fanatiques.
Où alors pouvons-nous atteindre les gens de notre temps ? N'est-ce pas dans leur recherche d'un sens dans leur vie ? Ils sont nombreux qui tournent en rond et ne trouvent aucun sens dans un monde saturé de consumérisme et d'individualisme égoïste. Notre vie peut devenir une réponse à la question : "La vie humaine, quel sens a-t-elle aujourd'hui ?" Peut-être cela a-t-il toujours été le témoignage essentiel de la vie évangélique. Les gens doivent pouvoir reconnaître dans nos vies une invitation à être humain d'une nouvelle manière. Et cela doit se voir sur nos visages...

DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  17/09/05 Eeckhout Georges Uganda
Départs       
  18/08/05 Seynaeve Jaak USA
  31/08/05 Lenssen Jan Kenya
  10/09/05 Malherbe Gérard
Renis Jan
Congo-Ituri
Congo-Bukavu
  20/09/05 Mottoul Jean Congo-Ituri
  22/09/05 Putzeys Luc Burundi
  23/09/05 de l'Arbre Luc Congo-Kinshasa
  07/10/05 Brems Paul Uganda
  11/10/05 Lenssen Rik Rwanda
Numéros disponibles

N°632 Juillet-Août 2005


Syndrome de Déficit d'Attention et d'Hyperactivité
Examen de Conscience
Nous avons récemment discuté avec une personne concernée par ce syndrome. Comme nous ne savions pas trop de quoi il s'agissait, nous avons demandé une explication. Voici comment la personne a décrit le problème :
Je décide de laver ma voiture.
En me dirigeant vers le garage, je remarque qu'il y a du courrier sur la table du hall. Je décide de regarder le courrier avant de laver la voiture. Je pose mes clés sur la table, jette les publicités et remarque que la poubelle est pleine. Alors, je décide de remettre les factures sur la table et de vider d'abord la poubelle.
Mais en réfléchissant, je me dis que puisque je vais passer près de la boite aux lettres en sortant le sac poubelle, je ferai mieux de payer les factures d'abord. Je prends mon chéquier sur la table et je remarque qu'il ne reste plus qu'un seul chèque. Mon nouveau chéquier est dans le bureau, alors je m'y rends et trouve une canette de Coca que j'avais entamée.
Je réalise que le Coca est maintenant tiède et décide de le mettre au réfrigérateur pour qu'il rafraîchisse. Alors que je me dirige vers la cuisine avec le Coca, un vase de fleurs attire mon attention - elles ont besoin d'eau.
Je pose le Coca sur l'étagère où je trouve mes lunettes de lecture que j'avais cherchées toute la matinée. Je décide de les remettre sur mon bureau, mais d'abord il me faut redonner de l'eau aux fleurs.
Je repose les lunettes sur l'étagère, remplis un récipient d'eau et remarque la télécommande de la télévision que quelqu'un a laissée dans la cuisine. Je me rends compte que ce soir quand nous regarderons la télé, je chercherai la télécommande mais ne me souviendrai pas qu'elle est dans la cuisine. Alors je décide de la remettre à sa place dans le salon après avoir arrosé les fleurs.
J'asperge les fleurs d'un peu d'eau mais renverse l'essentiel sur le sol. Donc, je repose la télécommande sur la table, vais chercher du papier ménage et essuie l'eau.
En retournant dans le hall, j'essaie de me souvenir de ce que j'avais projeté de faire.

A la fin de la journée :
la voiture n'est pas lavée,
les factures ne sont pas payées,
il y a une canette tiède de Coca sans bulle sur l'étagère,
les fleurs ne sont pas arrosées,
il y a toujours un seul chèque dans mon chéquier,
je ne peux pas retrouver la télécommande,
je ne trouve pas mes lunettes
et je ne me souviens pas de ce que j'ai fait des clés de la voiture.
J'essaie alors de comprendre pourquoi rien n'a été fait aujourd'hui, je suis vraiment déconcerté parce que j'ai été occupé toute la journée et je suis réellement fatigué. Voulez-vous me rendre un service? Veuillez alors envoyer ce message à tout le monde que vous connaissez, parce que je n'arrive pas à me souvenir à qui j'ai envoyé ce message.
De grâce, ne riez pas! Si vous ne vous y reconnaissez pas, soyez sûr que votre tour arrivera aussi!
PERSONNE NE PEUT ÉCHAPPER AU PROCESSUS DE VIEILLIR...
DEVENIR ADULTE EST FACULTATIF. POUVOIR RIRE DE SOI-MÊME EST THÉRAPEUTIQUE.
Avec mes meilleurs salutations,
Olivia

DEPARTS ET RETOURS
Départs       
  10/08/2005 Gerard Reynaert Uganda
  16/08/2005 Remi Vande Walle Kenya
  27/08/2005 Mathieu Nijs Congo-Bukavu
  29/08/2005 Michel della Faille Congo-Ituri
  07/09/2005 Jaak Broeckx Tanzania
Numéros disponibles

N°630 Mai 2005

NOTRE PROVINCIAL HÔTE DE STELIMO A HASSELT…

Le 2 mai avait lieu, dans le diocèse de Hasselt, la journée missionnaire annuelle. A cette occasion, les organisateurs avaient invité 3 supérieurs majeurs de congrégations missionnaires à parler de leur vision de la mission aujourd'hui, à la lumière de leur Chapitre récent ou à venir. Vous pouvez lire l'intervention de Jef Vleugels, en néerlandais, en cliquant ici.


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  21/04/05 Coninx Toine (Zambia)
  29/04/05 Gillain Kiki (Uganda)
  30/04/05 De Vos Marc (Mali)
  02/05/05 Pauwels Yves (Mali)
  07/05/05 Reynaert Gerard (Uganda)
  08/05/05 Docq Philippe (Afrique du Sud)
  19/05/05 Lenssen Jan (Kenya)
  22/05/05 Vande Walle Remi (Tanzania)
  25/05/05 Lefief Luc (Uganda)
  29/05/05 Lacoste André
Nijs Mathieu
Renis Jan
Tibax Piet
(Congo-Bukavu)
(Congo-Bukavu)
(Congo-Bukavu)
(Congo-Bukavu)
Numéros disponibles

N°629 Avril 2005


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  01/03/05 Vermeire Yves France
  28/03/05 Lejeune Michel Uganda
  01/04/05 De Wulf Marc Uganda
  06/04/05 Claerhout Gaby Burkina Faso
  12/04/05 Trypsteen Godfried Congo-Bukavu
  13/04/05 Gaul Robert Rwanda
  20/04/05 Wellens Ivo Congo-Mahagi
Numéros disponibles

N°628 Mars 2005


Coalition LE CONGO VEUT VOTER
CONGO WIL STEMMEN coalitie
Le 4 février la Société des Missionnaires d'Afrique en Belgique est devenue membre de cette coalition et a donc accepté le programme politique de la coalition. Le voici :
  • La Belgique doit contribuer de manière significative à la mission de paix des NU au Congo - België moet een substantiële bijdrage leveren aan de VN-vredesmissie voor Congo.
  • La Belgique doit systématiquement utiliser tous les instruments de la politique étrangère belge et européenne comme levier pour la paix - België moet alle instrumenten van het Belgisch en Europees buitenlands beleid systematisch inzetten als hefbomen voor vrede.
  • La Belgique doit également s'engager réellement contre le pillage des ressources naturelles du Congo et contre les trafics d'armes - België moet zich ook ten volle inzetten tegen de plundering van de natuurlijke rijkdommen van Congo en de wapentrafieken.
  • La Belgique doit intensifier la pression sur les dirigeants congolais pour qu'ils respectent leurs obligations dans le cadre de la transition - België moet de druk opvoeren op de Congolese machthebbers om hun verplichtingen in het kader van de transitie na te leven.
  • La Belgique doit apporter un soutien technique, financier et politique accru à la Commission Electorale Indépendante et aux organisations de la société civile congolaise qui s'investissent pour préparer la population aux élections - België moet meer technische, financiële en politieke ondersteuning geven aan de Onafhankelijke Electorale Commissie en aan organisaties van de Congolese civiele maatschappij die zich inzetten om de bevolking op de verkiezingen voor te bereiden.
Op 1 maart telde de coalitie 59 leden, namelijk 49 organisaties en 10 congregaties. Deze ledenlijst blijft voortdurend aangroeien.

Numéros disponibles

N°626 Janvier 2005


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  29/01/2005 Frans Vereecke Congo - Kinshasa
Départs       
  04/01/2005 Stefaan Minnaert Rwanda - Kigali
  07/01/2005 Thierry Cornet Congo - Bunia
  08/01/2005 Xaxier Biernaux Congo - Bukavu
Numéros disponibles

N°625 Décembre 2004


Ecrire nos peines dans le sable... Graver nos belles expériences dans le roc !

Chers Confrères,

Je ne vous raconterai pas un conte de Noël. A cette époque de l'année vous en trouvez facilement dans les journaux et les magazines. Il s'agit pourtant bien d'un conte, trouvé au hasard de mes lectures dans une petite publication d'un groupe non-violent, et qui reflète bien l'esprit de Noël.
Deux amis traversaient le désert... A un moment donné, au cours de leur voyage, une querelle éclata entre eux et l'un deux gifla l'autre. Celui qui avait reçu le coup fut blessé, mais sans mot dire il écrivit dans le sable :

"AUJOURD'HUI MON MEILLEUR AMI M'A GIFLE."

Ils continuèrent leur voyage jusqu'à ce qu'ils trouvèrent une oasis où ils décidèrent de se baigner. Celui qui avait été giflé s'enlisa dans la boue et faillit se noyer, mais son ami le sauva. Revenu à lui, il écrivit sur un rocher :

"AUJOURD'HUI MON MEILLEUR AMI M'A SAUVE LA VIE."

L'ami qui avait frappé et sauvé son meilleur ami, lui demanda :"Quand je t'avais frappé tu as écrit dans le sable et maintenant tu écris sur le roc, pourquoi ?" Et l'autre ami de lui répondre :"Quand quelqu'un nous fait du mal, nous devons l'écrire dans le sable, où le vent du pardon peut l'effacer. Mais quand quelqu'un nous fait du bien, nous devons le graver dans le roc, où aucun souffle de vent ne peut l'effacer."
Ce conte me fait penser à notre vie en communauté. De là mes voeux pour Noël et Nouvel An :
Puissions-nous apprendre à écrire nos peines dans le sable et à graver nos belles expériences dans le roc.
Jef
Numéros disponibles

N°624 Novembre 2004


FAIRE DE 2005 L'ANNÉE DE L'AFRIQUE

2005: Année mondiale de l'AFRIQUE

Faire de 2005 l'Année mondiale de l'Afrique, pour qu'on parle de ce continent autrement, d'autres choses que des guerres, des maladies, des massacres. Une association voudrait que l'Afrique ne soit plus une zone d'influence, mais une zone d'affluence : initiatives, investissements... Ils ont créé un site internet : www.africa2005.com

DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  09/12/04 Xavier Biernaux
Julien de Reyrnaeker
Jérusalem
Jérusalem
  10/12/04 André Simonart Jérusalem
Départs       
  02/10/04 Stefaan Minnaert Rome
  19/10/04 Mathieu Van Vlierden Afrique du Sud
  25/10/04 Christian Deltenre Zambia
  13/11/04 Lucien Van Wielendaele Congo-Goma
  26/11/04 Dominique Nothomb Burkina-Ouagadougou
  17/12/04 André Simonart Burkina
  18/12/04 Julien De Reymaeker Congo-Bukavu
Numéros disponibles

N°623 Octobre 2004


Comité Interdiocésain pour les Relations avec l'Islam

Monseigneur Harpigny, évêque de Tournai, a lancé le nouveau "Comité Interdiocésain pour les Relations avec l'Islam" (CIRI).

Extrait de sa lettre, datée du 12 juillet 2004 :
"La présidence du CIRI sera assurée par Monsieur le Chanoine Lode Vermeir, adjoint de Mgr Jozef De Kesel (évêque auxiliaire de Malines, chargé du vicariat de Bruxelles), et le secrétariat par le Père Hans Vöcking, M.Afr., membre du Centre El Kalima."
Le mandat du CIRI est de quatre ans.

DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  21/09/2004 Nothomb Dominique (Burkina)
  28/09/2004 Cornet Thierry (Congo-Ituri)
Départs       
  04/09/2004 André-Léon Simonart Burkina
  06/09/2004 Marc Dewulf Uganda
  07/09/2004 Hugo Mertens Niger
  08/09/2004 Gérard Malherbe
Thierry Moyersoen
Congo-Ituri
Congo-Ituri
  11/09/2004 Eric Bladt Tunisie
  14/09/2004 Xavier Biernaux
Julien Dereymaeker
Jérusalem
Jérusalem
  17/09/2004 Jaak Broekx Tanzania
  22/09/2004 André Paredis Congo-Ituri
  25/09/2004 Fernand Mertens South Africa
  28/09/2004 Georges Defour
Alphonse Bosmans
Congo-Bukavu
Congo-Bukavu
  02/10/2004 Hervé Lunden
Max Boudart
Rwanda
Burundi
Numéros disponibles

N°622 Septembre 2004


Moi non plus, je ne te condamne pas.

Chers confrères,

L'épisode de la femme adultère se termine par une parole étonnante de Jésus : "Moi non plus, je ne te condamne pas." (Jn 8, 11) Parole libératrice, qui donne toute sa chance à la pécheresse pour un nouveau départ.

Quelques versets plus loin, nous trouvons une autre parole de Jésus, plus étonnante encore, parce qu'elle ne s'accorde nullement avec l'image de Jésus Juge, avec laquelle le "Jugement Dernier" de Matthieu 25 nous a trop facilement familiarisés. Jésus dit, en Jn 8, l5b, : "Moi, je ne juge personne."

Cette parole surprenante, provocatrice s'il en est pour nous qui restons marqués par le Dieu Juste Juge de l'Ancien Testament, fonde les conseils de Luc : "Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux ; ne vous posez pas en juges et vous ne serez pas jugés, ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnés, acquittez et vous serez acquittés, donnez et on vous donnera. C'est une bonne mesure, tassée, secouée, débordante qu'on versera dans le pan de votre vêtement..." (Lc 6, 36-38) Matthieu se contente d'écrire :"Ne jugez pas afin que vous ne soyez pas jugés, car du jugement dont vous jugez vous serez jugés." (Mt 7, 1)


Lytta Basset, pasteure et professeure (sic) de théologie en Suisse, insiste sur le fait que ces paroles ne s'inscrivent pas dans un contexte de jugement dernier et qu'elles ne doivent Pas être comprises comme un renvoi au jugement de Dieu, comme si Jésus disait : ne jugez pas et Dieu ne vous jugera pas non plus. Ces paroles, explique-t-elle dans son livre "Moi, je ne juge personne" (Albin Michel / Labor et Fides), trouvent leur entière application et leur réalisation dans la vie quotidienne, dans les relations interpersonnelles de tous les jours.

La description de Luc, spécifiant qu'en retour nous recevrons une bonne mesure, secouée, tassée et débordante donne à ce passage la marque du Royaume présent parmi nous. Si nous pratiquons ce qu'Il dit - ne juger personne, ne condamner personne, acquitter ceux qui nous doivent quelque chose, donner sans mesure - nous serons nous-mêmes les premiers bénéficiaires de ce changement de cap : ne jugeant plus les autres, nous nous libérons de la dépendance et de la peur qu'entretiennent en nous les jugements des autres, anciens ou récents. Nous ressentirons alors, immédiatement, au plus profond de nous-mêmes, une joie jaillir de notre liberté retrouvée.

Comment cela ? Nous avons tous, pour ainsi dire naturellement, comme une force irrésistible, la manie ou le réflexe de juger tout le monde. Cela semble être plus fort que nous. "Nous sommes ainsi faits" soupira-t-on. C'est une attitude quasi instinctive. Or, les psychologues (comme les prédicateurs de retraite d'ailleurs) semblent d'accord pour nous dire que ce que nous critiquons chez les autres, ce qui nous heurte en eux, ce que nous jugeons et condamnons en eux, c'est précisément ce qui nous dérange en nous-mêmes, ce qui nous fait peur en nous-mêmes, ce que nous ne pardonnons pas à nous-mêmes, en d'autres mots nos propres tendances. Une deuxième possibilité existe également : il peut aussi s'agir de blessures encourues, parfois il y a très longtemps et dont je ne suis pas nécessairement conscient. Parce que j'ai été jugé, désavoué, dévalorisé (dans le sens étymologique du mot : privé de ma valeur), j'essaie à me protéger en créant une distance entre moi et les autres, en dressant un mur de critiques. Critiquer et juger est alors un réflexe de défense.

Jésus veut casser cette spirale de violence. Il dit : arrête de vouloir te défendre, cesse de vouloir contrer l'autre en le diminuant (par la critique) ; si tu veux guérir intérieurement, ne te laisse plus entraîner dans ce jeu qui tue, qui te tue et qui tue les autres. Et Il nous promet qu'en agissant ainsi, nous serons libérés, libérés de la peur des autres, de la peur d'être jugés, d'être condamnés.

N'est-ce pas ce qui s'est passé dans l'épisode de la femme adultère ? Du fond de sa liberté intérieure, Jésus a pu scruter à fond l'attitude des pharisiens qui lui avaient amené la femme. Il y voit clair mais sans porter un jugement moral. Il a compris leur conception légaliste, étroite et erronée, leur jalousie à son égard, leur lâcheté aussi. Et sans les juger Il leur dit avec amour : "Que celui d'entre vous qui n'a jamais péché lui jette la première pierre" et du coup, touchés au fond de leur conscience, ils se sont retirés, libérés parce que vrais.

Ce n'est pas pour rien que le texte de cet épisode a tellement tardé à trouver sa place dans l'Evangile (même pas chez Luc qui en semble bien être l'auteur). Cette péricope ne se trouve pas dans les plus anciens manuscrits de Jean. Elle faisait partie de la tradition orale et fut insérée à plusieurs endroits avant de trouver sa place définitive dans l'évangile de Jean. Autre fait curieux : bien que la tradition latine connaisse le texte depuis le 4ème siècle, on n'en trouve aucun commentaire grec avant le 12ème siècle. Ce texte a donc fait problème, a embarrassé l'Eglise, tellement il était gênant. Parce qu'il bouleversait trop les idées reçues sur Dieu, sur Jésus ? Parce que nous révélant un Dieu par trop miséricordieux ? Parce que trop positif vis-à-vis des pécheurs ? Sans doute.


Venons-en aux conclusions. "Moi, je ne juge personne". Je vais essayer de faire de même, je vais essayer de ne plus juger aucun confrère ou, au moins, suspendre immédiatement le processus de jugement dès qu'il se déclenche en moi. Laisser alors résonner en moi la voix de Jésus qui dit :"Moi, je ne juge personne" - "Sois miséricordieux comme ton Père est miséricordieux". Et cette voix, je vais la laisser grandir en moi jusqu'à ce qu'elle remplisse tout mon espace intérieur.

Je pourrai aussi, parallèlement, mettre en oeuvre d'autres moyens : en suspendant mon jugement sur tel confrère, rechercher toutes ses qualités et en remercier le Seigneur. Apprendre à bénir (benedicere = bene dicere = dire du bien) ce confrère, lui souhaiter du bien.

... Et prendre conscience à quel point je suis aveugle quand je juge les autres. Heureusement pour nous, les textes cités ci-dessus sont suivis dans l'évangile de Jean par la présentation de Jésus comme la lumière du monde, et Jésus conclut :"Je suis venu en ce monde pour une remise en question, afin que ceux qui ne voyaient pas voient." (Jn 9, 39) Je crois que, obéissant à et sous l'emprise de cette parole de Jésus, je pourrai venir à bout de ma tendance mortifère à juger, je pourrai arrêter cette spirale de violence sans issue. Et ne jugeant plus personne, je me sentirai libre de tous les jugements que les autres portent sur moi, je me sentirai libre car je ne serai plus obligé de me défendre en rejetant les autres. Quel défi que d'être invité par Jésus à accéder à cette liberté !

Si nous pouvions acquérir un peu cette spiritualité, éminemment pratique et applicable à longueur de journée, l'esprit qui règne dans nos communautés s'en trouverait purifié, revigoré, rajeuni. Quelle liberté et quelle grâce que de pouvoir permettre à chacun de grandir sous les regards du Père miséricordieux, comme il est, avec ses qualités et ses défauts, son charme et ses petits côtés, libre parce que ne se sentant plus jugé.

En bonne logique spirituelle, nous n'avons qu'à collaborer à ce projet de Jésus, à nous ouvrir à l'Esprit de Jésus, qui veut vivre à travers nous sa parole libératrice : "Moi, je ne juge personne".

"Ce livre, écrit Lytta Basset dans un avant-propos, s'adresse à quiconque désire vivre libre de cette impulsion à se couper d'autrui par un jugement définitif".

Grâce à elle, Jésus m'a convaincu.

Jef

DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  10/07/2004 Broekx Jaak (Tanzania)
  18/08/2004 Anthonissen Jan (Mali)
  20/08/2004 Van Vlierden Mathieu (Afrique du Sud)
  23/08/2004 Putzeys Luc (Burundi)
  25/08/2004 Deltenre Christian (Zambia)
  28/08/2004 Biemaux Xavier (Congo-Bukavu)
Départs       
  02/08/2004 Frans Vereecke Congo-Kinshasa
  17/08/2004 Paul De Smet Burundi
  31/08/2004 Seynaeve Jaak U.S.A. Baton Rouge
  04/09/2004 André-Léon Simonart Burkina
  06/09/2004 Marc De Wulf Uganda-Kampala
  08/09/2004 Gerard Malherbe Congo-Ituri
  14/09/2004 Xavier Biernaux
Julien Dereymaeker
Jérusalem
Jérusalem
  22/09/2004 André Paredis Congo-Ituri
Numéros disponibles
N°621 Juin, Juillet, Août 2004


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  24/05/2004 Lefief Luc (Kenya-Nairobi)
  02/06/2004 Bondue Jean-Pierre
Laurent Jean-Michel
Lunden Hervé
(Mali)
(Tanzania)
(Rwanda)
  03/06/2004 Eeckhout Georges
Paredis André
(Uganda)
(Congo-Ituri)
  05/06/2004 Mertens Hugo (Niger)
  09/06/2004 Levie Etienne (Rwanda)
  20/06/2004 Minnaert Stefaan (Rwanda)
  26/06/2004 Dereymaeker Julien (Congo-Bukavu)
  30/06/2004 Bosmans Alphonse (Congo-Bukavu)
  11/07/2004 Van Wielendaele Lucien (Congo-Goma)
  28/07/2004 Defour Georges (Congo-Bukavu)
Départs       
  20/06/04 Meert Gerard Congo-Lubumbashi
  05/07/04 Roosen Rik Congo-Ituri
  15/07/04 Renis Jan
Nyssens Albert
Congo-Bukavu
Congo-Kalemie
19/07/04 Antonissen Jan Mali
  28/07/04 Eeckhout Georges Uganda
  02/08/04 Vereecke Frans Congo-Lubumbashi
  10/08/04 Pauwels Yves Mali
  17/08/04 De Smet Paul Burundi
Numéros disponibles
N°620 Mai 2004


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  03/0502004 Boudart Max Burundi
  13/05/2004 Dewallef Marc Burkina Faso
  18/04/2004 Nyssens Albert Congo-Kalemie
  30/04/2004 Renis Jan Algerie
  20/04/2004 Seynaeve Jaak USA
  08/05/2004 Vonck Pol Tanzania
Départs       
  17/04/2004 De Belie Valentin Congo-Kasongo
  O8/O5/2004 Vleugels Jef
Hougardy Jean-Marie
Vander Linden Jos
Italie-Rome
  17/05/2004 Vernack Gaby Pologne
Numéros disponibles
N°619 Avril 2004


DEPARTS ET RETOURS
Retour      
  16/01/2004 de Schaetzen Arnould Tanzania
  19/03/2004 Roosen Rik Congo-Mahagi
  26/02/2004 Dujardin Yves Burkina
  04/03/2004 Anthonissen Jan Mali
  10/04/2004 Campforts Staf Burkina
Départs       
  19/03/2004 Deneckere Jo Congo-Bunia
  13/04/2004 de Schaetzen Arnould Tanzania
  17/04/2004 De Belie Valentin Congo-Kasongo
Numéros disponibles
N°618 Février-Mars 2004


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  13/01/2004 Frans Vereecke Congo-Kinshasa
  25/01/2004 Christian Deltenre Zambia
  31/01/2004 Gerard Meert Congo-Lubumbashi
  08/02/2004 Roger Van Damme Congo-Kalemie
  11/02/2004 Alphonse Calozet Rwanda
  27/02/2004 Yves Dujardin Burkina
Départs       
  02/01/2004 Thierry Moyersoen Congo-Ituri
  03/01/2004 Karel Mortelmans Congo-Kasongo
  06/01/2004 René Van Gansbeke
Jan Knoops
Congo-Bukavu
Congo-Bukavu
  18/01/2004 Ghilain Jageneau Congo-Lubumbashi
  28/01/2004 Jaak De Meyer
Jan Pikery
Congo-Ituri
Congo-Ituri
  10/02/2004 Gerard Haels
Godfried Trypsteen
Congo-Kasongo
Congo-Bukavu
  20/02/2004 Guido Stuer Zambia
  24/02/2004 Rik Lenssen
Jan Lenssen
Rwanda
Kenya
  27/02/2004 Christian Deltenre Zambia
Numéros disponibles
N°617 Janvier 2004


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  07/12/2003 De Belie Valentin Congo-Kasongo
Départs       
  09/12/2003 Paredis André Congo-Mahagi
  02/01/2004 Moyersoen Thierry Congo-Ituri
  03/01/2004 Mortelmans Karel Congo-Kasongo
  O6/01/2004 Van Gansbeke René
Knoops Jan
Congo-S.E.
Congo-S.E.
  18/01/2004 Jageneau Ghislain Congo-Lubumbashi
Numéros disponibles
N°616 Décembre 2003


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  29/11/2003 Cogels Georges Congo-Lubumbashi
  04/12/2003 Deneckere Jo Congo-Bunia
Départs       
  26/11/2003 Wellens Ivo Congo-Ituri
  29/11/2003 Neven Wally Burundi
  30/11/2003 De Vinck Paul Congo-Lubumbashi
  10/12/2003 Paredis André Congo-Ituri

Numéros disponibles
N°615 Novembre 2003


La rencontre avec «l'autre».

Chers confrères,

Depuis quelque temps déjà, le monde dans lequel nous vivons est en profonde transformation. De plus en plus de nations qui jadis étaient culturellement ou religieusement homogènes voient entrer en leur sein des groupes de personnes, différentes par leur culture et par leur religion.

Nous constatons également combien la rencontre avec «l'autre» est difficile. Il arrive même parfois qu'elle soit une source de conflit au plan politique (partis aux programmes racistes), social ou religieux (fanatisme).

Il serait bon pour nous de réfléchir quelque peu sur cette situation et sur notre manière d'y faire face.
Sommes-nous inspirés par l'Evangile ou, au contraire, nous laissons-nous influencer par le milieu ambiant?
Savons-nous regarder l'autre avec un regard positif ?
Sommes-nous ouverts et attentifs ?
Avons-nous la tolérance de Jésus qui n'employait pas sa parole ou son autorité pour dominer ou imposer mais pour inviter en respectant la liberté de l'homme ?

Voici quelques mots qui sont proposés à notre réflexion aujourd'hui.
Puissent-ils porter du fruit dans nos coeurs !


Jean-Marie Hougardy

DEPARTS ET RETOURS
Retour      
  19/10/2003 Carlos Van Haesebroeck Burundi
Départs       
  18/10/2003 Steenackers Jean-Paul Congo-Goma
  19/10/2003 de Jamblinne Stany Rwanda
  25/10/2003 De Groef Jan South Africa
Numéros disponibles
N°614 Octobre 2003


Octobre, le mois de la mission.

Chers confrères,

La mission : rien de plus simple peut-être.
Etre missionnaire signifie passer à d'autres ce que j'ai reçu.

Passer à d'autres ce que j'ai découvert et qui me fait vivre.
La bouche parle de l'abondance du cœur.
C'est cela être missionnaire : Vivre ce que je crois et le proclamer quand l'occasion s'en présente.
Que je me sais sauvé et aimé même s'il m'arrive de faire le mal.
Que Jésus est mon Maître que je regarde et qui m'inspire.
Que je me sens habité et mû par la Force de Dieu qui me pousse à agir et à parler.
Que je me sens en sécurité dans la main de mon Père, quoiqu'il puisse m'arriver.
Que je suis porté par Dieu, en Dieu.
A tout instant.

Etre missionnaire c'est rendre témoignage.
La mission dépasse bien sûr mon témoignage personnel.
Elle est le fait de l'Eglise, un engagement communautaire.
Mais sans cette authenticité personnelle la mission est vide.
Alors ma foi devient doctrine, système de dogmes ou de valeurs,
mais sans étincelles qui répandent le feu.
Témoigner que j'entends, que je vois, que je touche le Christ au fond de mon cœur.

Car débranchée de Celui qui envoie,
la mission n'existe pas.
Et le missionnaire non plus.
Jef Vleugels



DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  02/09/03 Mathieu Nijs Congo-Bukavu
  04/09/03 Luc de l'Arbre Congo-Kinshasa-Bunia
  09/09/03 Bob Dierckx Mali
  16/09/03 Xavier Biernaux
André Thijs
Congo-Bukavu
Congo-Bukavu
  17/09/03 Marc De Wulf Uganda
  19/09/03 Stefaan Feys Medjugorge
  20/09/03 Luc Putzeys Burundi
  29/09/03 Baudouin Waterkeyn
Jaak Seynaeve
Congo-Lubumbashi
U.S.A.
  01/10/03 Hugo Van den Houte Ghana
  07/10/03 Vic Missiaen Tanzania
  11/10/03 Michel d'Huart
Defour Georges
Congo-Goma
Congo-Bukavu
  12/10/03 Verresen Frans Congo-Lubumbashi
Départs       
  03/09/03 Neven Waly
Knoops Jan
Burundi
Congo-Bukavu
  20/09/03 Jageneau Ghislain Congo-Lubumbashi
  02/10/03 Stuer Guido Zambia
  06/10/03 Weemaes Guy Burkina Faso
  12/10/03 Haels Gerard Congo-Kasongo
Numéros disponibles
N°613 Septembre 2003


Dialoguer c'est prévenir la guerre.

Chers confrères,

Au moment où je me mets à rédiger ce texte, 22 conflits sévissent de par le monde. Pensez à la Tchétchénie, au Congo, à Israël et la Palestine, à l'Inde et au Pakistan, au Burundi... On a calculé que les conflits de cette envergure durent en moyenne 8 ans. Des milliers de morts en sont le résultat, ainsi qu'un pays en ruines et une société humaine totalement disloquée... Et à chaque fois quand il est trop tard, des pourparlers de paix démarrent péniblement, et l'on se met à parler de reconstruction.
Ce constat a inspiré le thème de la Semaine de la Paix (du 26 septembre au 5 octobre) qui, en Flandre existe depuis 1974, touche d'année en année de plus en plus de personnes et en entraîne un certain nombre à l'action. Elle est une parmi les multiples initiatives prises dans notre pays en faveur de la paix. Sa cible principale est les écoles. Le thème retenu pour cette année a attiré mon attention. Il ne vous laissera certainement pas indifférents, vous non plus.

Ann Daniëls, coordinatrice de la Semaine de la Paix, écrit : "Et pourtant des conflits meurtriers peuvent être évités, à condition d'en avoir suffisamment saisi la dynamique et d'y intervenir avant qu'il n'y ait escalade. Car le dialogue peut prévenir la guerre. Et alors les efforts de paix ne se réduisent pas à recoller les morceaux après coup !". Delà le slogan de cette Semaine de la Paix 2003 : Dialoguer c'est prévenir la guerre.
Comme chaque année un grand choix de matériel didactique est proposé. La visée centrale de la campagne est la création, au niveau de la Belgique, d'un "centre de prévention des conflits", dont le rôle sera de donner aux autorités politiques des propositions concrètes permettant de prévenir l'escalade des conflits. Cette revendication concrète sera présentée au Premier ministre et son nouveau gouvernement. Chacun est invité à apposer sa signature.
Les forces pacifiques s'organisent de plus en plus et ce sont eux qui tiennent le bon bout. Soutenons-les.

Un deuxième aspect, moins visible, mérite également notre attention. "La paix commence chez moi". La paix commence dans mon cœur à moi, se traduit et s'extériorise dans ma façon de parler et ma manière de communiquer. Entrer dans l'esprit de la Semaine de la Paix doit donc avoir des répercussions dans mon milieu, à commencer dans mes relations avec ceux avec lesquels je vis. Prier pour la paix dans des pays lointains n'a que peu de sens si l'on ne vit pas soi-même ce que l'on demande aux autres et ce qu'on attend d'eux. D'ailleurs, nous défaire du modèle de supériorité que notre culture véhicule et inocule, qui nous pousse instinctivement à nous mettre au-dessus des autres et donc d'une certaine façon à les soumettre (et c'est là que réside la racine de toute violence), n'est possible que si nous essayons de changer notre mentalité dans nos faits et gestes de tous les jours : considérer et traiter l'autre - et tout autre - comme mon égal, comme équivalent. Autre, mais équivalent. Avec ses qualités et ses défauts, comme toi et moi.
Cette "équivalence", nous ne la vivons certainement pas spontanément. Pensez à nos réactions concrètes lorsque l'on parle de tel ou tel confrère, lorsque nous constatons qu'une fois de plus tel confrère s'est trompé ou a fait quelque chose de travers, qu'un autre tient le crachoir comme d'habitude, ou pense plus à ses droits qu'à ses devoirs, ou arrive en retard... Pensez aux gens que nous rencontrons ou que nous croisons dans la rue, surtout des étrangers. Pensez aux réactions qui me viennent quand je lis le journal. Des réactions violentes ne sont jamais loin, même si d'habitude nous les contrôlons assez bien. Très souvent elles se présentent sous la forme d'un sentiment de supériorité. Dans les meilleurs des cas, nous nous abstenons de parler, pour sauver les apparences de paix, mais cela n'est guère suffisant pour construire une paix véritable. Pour construire une vraie paix, il faut oser communiquer davantage, apprendre à faire des remarques sans être agressif, apprendre à pardonner vraiment, à relativiser et s'entraider à relativiser. Faire des petits pas dans ce domaine, demande d'y être attentif et de nous y appliquer jour après jour.

J'ai relu ce matin la prière attribuée à saint François s'Assise. Normalement, quand je la prie, je pense spontanément à des situations de guerre et de division. Vous est-il déjà arrivé de prier cette prière en pensant à chaque bout de phrase et bien concrètement aux confrères avec lesquels vous vivez ensemble ? Essayez, et vous verrez que tout un programme s'en dégage. Et c'est précisément là, au fond de moi-même, que tout changement de mentalité sur le plan mondial commence.

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix.
Là où est la haine, que je mette l'amour.
Là où est l'offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l'union.
Là où est l'erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l'espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.
Fais, Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu'à consoler,
A être compris qu'à comprendre,
A être aimé qu'à aimer.
Car c'est en donnant que l'on reçoit,
C'est en pardonnant que l'on est pardonné,
C'est en mourant à soi-même que l'on renaît à la vie éternelle.

Là commence la paix dans le monde.

N'en restez pas à cette première lecture bien trop rapide. Gardez ces prochains jours ce texte à portée de la main. Parlez-en avec d'autres, si possible.

"Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix" : pour Fons, Harry, Jan, Jean-Marie...
"Là où est la tristesse, que je mette la joie" : chez Fons, Harry, Jan, Jean-Marie...
"Fais, Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu'à consoler" Fons, Harry, Jan, Jean-Marie...
"Car c'est en donnant que l'on reçoit" de Fons, Harry, Jan, Jean-Marie...

Jef


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  05/08/03 Vernack Gaby Tanzania
  06/08/03 Defour Georges Congo-Bukavu
  16/08/03 De Wulf Marc Uganda
  17/08/03 Peeters Marcel
Verpoort Alex
Burundi
Burundi
  30/08/03 De Vinck Paul Congo-Lubumbashi
  03/09/03 Neven Waly Burundi
  03/09/03 Knoops Jan Congo-Bukavu
Départs       
  05/08/03 Georges Eeckhout Uganda
  13/08/03 Jean Mottoul Congo-Bukavu
  16/08/03 Georges Martin Congo-Goma
  30/08/03 Willy Schoofs Tanzania
  31/08/03 Alex Goffinet Congo-Lubumbashi
  02/09/03 Mathieu Nijs Congo-Bukavu
  04/09/03 Luc de l'Arbre Congo-Bunia
Numéros disponibles
N°612 Juillet-Août 2003


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  11/05/2003 Paredis André Congo-Bunia
  30/05/2003 Van den Haute Hugo Ghana
  14/06/2003 Goffinet Alex
Verresen Frans
Congo-Lubumbashi
Congo-Lubumbashi
  17/07/2003 Léonard Marc
Prévost Alex
Tunisie
Mali
  18/06/2003 Biernaux Xavier
d'Huart Michel
de Jamblinne Stany
Steenackers Jean-Paul
Congo-Bukavu
Congo-Goma
Rwanda
Congo-Goma
  22/06/2003 Van Genechten Mauritz Burkina Faso
  23/06/2003 Deprez Norbert Uganda
  26/06/2003 Bondue Jean Mali
  08/07/2003 Missiaen Vic Tanzania
  12/07/2003 Bladt Erik Tunisie
  31/07/2003 De Groef Jan
Seynave Jaak
Burkina Faso
U.S.A.
Départs       
  19/06/2003 Schoofs Willy Ireland-Dublin
  24/06/2003 Coninx Toine Zambia
  28/06/2003 Leys Jos Congo-Bukavu
  03/07/2003 De Weerdt Maurice India-Bengalore
  20/07/2003 Cogels George Congo-Lubumbashi
  25/07/2003 Van Boxel Jos Uganda
  30/07/2003 Oyaert Walter Burkina Faso
Numéros disponibles
N°611 Juin 2003


DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  27/04/2003 Schoofs Willy Kenya
  04/05/2003 Mortelmans Karel
Martin Georges
Congo-Kasongo
Congo-Goma
  07/05/2003 Verhegge Julien Congo-Goma
  16/05/2003 de l'Arbre Luc Congo Kinshasa
  17/05/2003 Giaux Robert
Mottoul Jean
De Laet René
Mertens Fernand
Paredis André
Congo-Bunia
Congo-Bunia
Congo-Bunia
Congo-Bunia
Congo-Bunia
  28/05/2003 Leys Jos Congo-Bukavu
  01/06/2003 De Smet Paul Burundi
  05/06/2003 Eeckhout Georges Uganda
Départs       
  13/05/2003 Boonen Theo Congo-Bukavu
  21/05/2003 Moyersoen Thierry Congo-Mahagi
Numéros disponibles
N°610 - Avril-Mai 2003


Or, la Mission continue.
Il ne s'agit pas là d'un slogan, plus spiritualisant que réaliste. Il s'agit de la réalité la plus réelle qui soit : la Mission vient de Dieu et Dieu cherche inlassablement, encore aujourd'hui, à sauver le monde. Sa préoccupation missionnaire est de tout instant. Depuis l'envoi de Son Fils "afin que le monde soit sauvé", son amour salvateur n'a pas diminué, sa tendresse pour chaque être humain est restée constante et entière, sa préoccupation au sujet de l'avenir du genre humain s'est - si l'on peut parler ainsi - accrue, tant l'homme va mal et les guerres sont-elles incessantes.
A travers les vicissitudes de l'histoire, l'amour ardent de Dieu reste toujours entier.
Jef Vleugels, Prov.

DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  29/03/2003  Cogels Georges  Congo-Lubumbashi 
  28/04/2003  Malherbe Gérard  Congo-Bunia 
  28/04/2003  Moyersoen Thierry  Congo-Mahagi-Nioka 

Supplément au n°610
L'engagement pour la justice, la paix et l'intégrité de la création
est-il (pour moi) un à côté ou partie prenante de l'évangélisation ?

(Réflexion du « Groupe Justice et Paix »)

Numéros disponibles
N°609 - Mars 2003


Convocation du Chapitre
Chers Confrères,
« Je suis heureux de convoquer le 26ème Chapitre Général de la Société des Missionnaires d'Afrique. Ce Chapitre se tiendra à la maison généralice. Les Capitulants arriveront le samedi 8 mai et le Chapitre s'ouvrira le lundi 10 mai ».
Ce fut la première phrase de la lettre de convocation du Chapitre de 2004, que vous pourrez lire dans le Petit Echo du mois de mars. On prévoit 59 Capitulants, dont 24 membres de droit et 35 élus (voir CL 166).
La province de Belgique pourra élire 2 capitulants, en plus du provincial, membre de droit).

L'enjeu d'un Chapitre Général n'échappe à personne. Il y va des orientations futures et donc de l'avenir de notre Société missionnaire, l'avenir que l'Esprit-Saint essaiera de nous faire découvrir dans l'analyse de la réalité présente, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Société, dans un processus de réflexion commune, portée et fécondée par la prière. Mettons- nous-y dès à présent, par la prière d'abord, par la réflexion ensuite.
Que le Seigneur bénisse nos efforts !

DEPARTS ET RETOURS
Retours      
  01/03/2003  Marc Deneckere  Congo-Ituri 
  04/03/2003  Thys André  Congo-Kalemie 
  06/03/2003  Coninx Toine  Zambia 
Départ       
  02/03/2003  Vermeire Yves  France 
Numéros disponibles
N°608 - Février 2003


DEPARTS ET RETOURS
Retour      
  02/02/2003  Theo Neven  Burundi 


A l'occasion de l'Aïd el Kébir, le Groupe Rencontre nous propose un texte du Frère Timothy Radcliffe, maître de l'Ordre des Précheurs.

Les catholiques sont-ils les seuls à détenir la vérité sur Dieu et sur l'homme ?

Dans la lettre aux Ephésiens, l'un des mots préférés de SaintPaul est "pleroma". C'est un très beau mot grec qui signifie plénitude. Paul affirme que dans le Christ, la plénitude de Dieu a été révélée. Je crois cela. Mais je ne fais que commencer à comprendre ce que celà signifie. L'Eglise commence seulement à comprendre ce que celà signifie.

Cela tient notamment au fait que notre Eglise reste largementoccidentale. Nous sommes le produit d'une histoire particulière. Pour une large part, notre foi a été définie en réponse à des hérésies particulières. Nous avons besoin d'entrer en dialogue avec d'autres cultures, d'autres religions pour transcender les limites de notre identité européenne et devenir pleinement catholiques. Catholique veut dire universel. Nous ne serons jamais assez catholiques !

Nous sommes des catholiques romains et j'aime cette tension entre les deux mots. Nous sommes romains parce que nous sommes une communauté historique particulière. Nous sommes ce peuple avec cette histoire. Et c'est ainsi. Jésus lui-même est né à un endroit particulier, à un moment particulier.

Mais en même temps, nous sommes catholiques et c'est pourquoi nous devons toujours aller au-delà de nos limites. C'est toute la beauté de l'histoire de l'Eglise. Lorsqu'elle a quitté Jérusalem pour entrer dans le monde romain cela signifiait une transformation que nous ne pouvons pas imaginer. Tout comme lorsque, du monde romain, elle est entrée dans celui des Barbares. Chaque étape a été un pas vers la plénitude du catholicisme.

Nous devons continuer ce pélerinage vers une vérité que nous ne connaissons pas pleinement. C'est pourquoi, lorsque je rencontre des personnes d'autres religions, je dois être attentif. Pas seulement par politesse ou par esprit de dialogue. Mais parce qu'ils peuvent m'apporter quelque chose pour mon voyage vers la vérité du Christ.

Un boudhiste a quelque chose à m'apprendre pour transcender les exigences de mon ego. Un musulman a quelque chose à me faire découvrir sur l'absolu de Dieu.


Numéros disponibles
N°607 - Janvier 2003


DEPARTS ET RETOURS
Retour      
  15/12/2002  Boonen Theo  Congo Bukavu 
Départs       
  26/12/2002  Lejeune Michel  Uganda 
  28/12/2002  Stuer Guido  Zambia 
  10/01/2003  Docq Philippe  Afrique du Sud 
  11/01/2003  Leys Jos  Congo-Bukavu 
  14/01/2003  Deneckere Jo  Congo-Ituri 
  15/01/2003  De Laet Rene  Congo-Ituri 


LE MOT DU PROVINCIAL

Chers Confrères,

L'empathie, selon le Petit Robert, est la "faculté de s'identifier à quelqu'un, de ressentir ce qu'il ressent". Ce n'est pas facile du tout, car l'empathie suppose que nous parvenons à mettre de côté tous nos préjugés et à suspendre tous nos jugements à l'égard de l'autre. C'est une qualité de présence assez extraordinaire, car l'empathie suppose que notre être tout entier ne soit qu'écoute. "La capacité à accorder son attention à quelqu'un qui souffre est quelque chose de très rare et de très difficile. C'est presque un miracle. C'est un miracle". (Simone Weil).
Très souvent, nous réagissons superficiellement, c'est-à-dire sans chercher en profondeur, et donc forcément à côté de la plaque. Quand un confrère réagit "mal" à une communication quelconque que nous lui faisons, souvent nous nous sentons visés par sa réaction plutôt négative, alors qu'en réalité pour lui le problème est ailleurs. Il arrive alors que je me retire, fâché à mon tour, au lieu de lui dire: "Ce que je viens de te dire semble te déranger. Qu'est-ce qu'il y a?", lui permettant ainsi d'exprimer ce qui le tracasse.
Des réactions négatives ne sont pas exceptionnelles dans nos communautés. Quelqu'un peut se fâcher, dire une parole agressive, faire des remarques désobligeantes ou encore nous rabrouer. Le danger c'est que nous réagissions sur le même registre, passant à côté du malaise, voire de la souffrance qu'expriment ces cris malhabiles de l'autre. "Derrière tous les messages par lesquels nous nous sommes laissés intimider, il n'y a jamais que des individus dont les besoins ne sont pas satisfaits et qui nous invitent à contribuer à leur bien- être" (Marshall Rosenberg). Toute réaction négative de notre part est dès lors déplacée.
Le plus important n'est pas de résoudre le problème concret de l'autre, mais d'être attentif à ce que vit l'autre, à ce qu'il ressent. "L'empathie est une compréhension empreinte de respect de ce que les autres vivent. Au lieu de proposer de l'empathie, nous avons souvent tendance à donner des conseils, à réconforter, à donner notre avis ou à exposer notre sentiment. L'empathie exige en revanche que nous fassions le vide dans notre esprit et que nous écoutions l'autre de tout notre être" (Marshall Rosenberg). La simple écoute empathique a des vertus curatives étonnantes. Le simple fait que j'ai pu vider mon sac, sans me sentir jugé mais au contraire accepté comme je suis, me remet debout, me permet de repartir.
Faut-il ajouter que Jésus excellait dans l'art de l'écoute empathique, lui qui savait rencontrer chaque personne comme un être unique, un être de désir, un enfant de Dieu? Pensez à la femme adultère, à Zachée, à la Samaritaine et à tant d'autres…
Point n'est besoin d'être expert en psychologie pour être capable d'empathie. Il suffit d'(oser) avoir du cœur et d'être capable de se remettre en question sans arrêt (afin de vaincre nos préjugés, d'éliminer nos jugements superficiels et notre manie de coller des étiquettes sur tout le monde).

Que cette nouvelle année nous fasse tous avancer en sagesse évangélique et nous rapprochent les uns des autres par un regard empreint d'empathie. Ce qui nous permettra à tous de grandir et de nous sentir mieux.


Jef Vleugels
Numéros disponibles
 




Webmaster

Page précédente