Site Lavigerie des Missionnaires d'Afrique (Soeurs Blanches et Pères Blancs belges)
               
 
« L’espoir pointe à l’horizon »
 
 


Marie-Paule Schiltz

BUKAVU (Plateau)


Marie-Paule Schiltz

Ici, les activités ne nous manquent pas, les habituelles et d’autres, variées parce que « surprenantes » ou liées à des demandes, à la vie du quartier ou aux évènements du pays.
 
 
¤ Ainsi, j’ai eu l’occasion de participer à la Journée Internationale des Droits de l’Homme.
 
 
 
Cette journée était célébrée au collège Alfajiri par une séance culturelle et des interventions de diverses personnes engagées dans des associations pour la défense des Droits de l'Homme.
Collège Alfajiri

 
 
¤ L'une d'entre nous a participé à une session d’éducation civique.
+ De quoi s’agissait-il ?
D’une session organisée par la « CARTEC » (Coordination des Actions pour la Réussite de la Transition dans l’Eglise Catholique) et animée par 2 formateurs envoyés par Kinshasa.
 
 
+ Quels en étaient les objectifs ?
  • Instruire les gens sur les notions de base d’un Etat qui se veut démocratique.
  • Les préparer aux élections.
  • Les aider à prendre leurs responsabilités afin d'édifier une démocratie à partir de la base.

Démocratie de base...

 
 
+ Ce fut l’occasion de relire le texte de Exode 3,7-10
" Yahvé voit, entend et connaît la souffrance de son peuple opprimé. Il ne se contente pas de voir, mais il s’engage à délivrer son peuple…".
La réalisation de cette session a été un pas vers la tenue d’élections libres et transparentes et l’avènement d’un état de droit...

L’espoir pointe à l’horizon !
 
 
¤ Ces activités sont-elles l’essentiel ou la seule façon de servir le Royaume de Dieu ?
 
 
     Je ne le crois plus.

Depuis que les guerres se sont succédées dans cette région, et qu'elles m’ont donné l’occasion de vivre ces temps d’épreuves avec les gens, j’ai mieux compris le sens de ma vie missionnaire… et les gens aussi, je crois.

En effet, à plusieurs reprises, ils m’ont fait comprendre avec ou sans mots, les bienfaits de notre présence, pour traverser avec eux les moments difficiles, les dangers, les peurs et les menaces.

Ils n’attendaient rien de plus que de nous savoir là, à leurs côtés, vivants les mêmes réalités : c’était pour eux une assurance, un soutien.
Etre au milieu des siens...

 
 


Jésus n’a-t-il pas envoyé ses apôtres pour être, comme lui, au milieu de son peuple et ainsi porter la Bonne Nouvelle ?
 

Webmaster